VILLE DE RENNES (35) – Parc Nature urbain « Les Prairies Saint-Martin » – 30 ha

VILLE DE RENNES (35) – Parc Nature urbain « Les Prairies Saint-Martin » – 30 ha

Projet audacieux de la ville de RENNES, « Les Prairies Saint-Martin » constituent un site naturel de 30 hectares, situé le long du canal de l’Ille-et-Rance, à deux pas de l’hyper-centre.

Le projet d’aménagement consiste à créer  un parc Nature urbain de 30 ha dans une zone d’expansion de crues , inscrite dans la trame verte et bleue de l’agglomération :

  • valoriser la présence de l’eau : restituer 60 000 mètres cubes pour l’expansion des crues par l’extraction de remblais de la zone de Trublet au nord du site, où se dressent actuellement des friches industrielles. Une partie de ces terres est polluée. L’eau reprendra sa véritable place dans l’aménagement,
  • entre parc public et zones écologiques : le long du canal, les prairies seront pensées comme un véritable parc public, avec un accès facile. Vers l’est, le site sera inondable et le parcours moins aisé. Il sera mis en place une mosaïque d’habitats écologiques notamment de milieux humides : étendues d’eau, roselières, prairies humides…
  • entrées plus visibles : que ce soit par la Motte-Brûlon, par le parc des Tanneurs ou par la rue d’Antrain, les entrées du site seront mieux mises en valeur. Entre la ZAC Armorique et la ZAC Plaisance, une allée et un pont seront créés,
  • prairie centrale : au sud du site, la grande prairie actuelle sera conservée. Elle devrait permettre la tenue de manifestations culturelles et sportives. Non loin, près du parc des Tanneurs, les élus ont évoqué l’implantation de jeux pour enfants,
  • gestion écologique : des animaux (ânes, vaches, ou chevaux) pourraient paître dans les prairies afin d’avoir une gestion la plus écologique possible.

EODD est le BET Environnement de l’équipe de MOE (dont le mandataire est le paysagiste BASE), qui réalise :

  • l’intégration de l’écologie dans la conception,
  • la réalisation des dossiers loi sur l’eau et de demande de dérogation au titre des espèces protégées,
  • la gestion des terres polluées,
  • des interventions en phase chantier,
  • le suivi écologique pendant plusieurs années après la livraison de l’opération.

Crédit illustration : BASE

Crédit photos : EODD